Atelier de creation du REJEFAC Cameroun

Publié le par Actions Vitales pour le Developpement durable

Du 07 au 09 novembre 2009 à Yaoundé, l’association Actions Vitales pour le Développement durable (AVD), a participé, sur invitation de son Coordonnateur Jean Paul Brice AFFANA AFFANA, à l’Atelier de structuration nationale du Réseau des Jeunes pour les forêts d'Afrique Centrale (REJEFAC) antenne du Cameroun. Ledit Atelier a été en même temps une rencontre préparatoire à la participation du Réseau à la 15e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques qui se tiendra à Copenhague, au Danemark, du 7 au 18 décembre 2009. Placé sous la houlette de la Coordinatrice Régionale du REJEFAC et avec le soutien de plusieurs partenaires nationaux et internationaux, cet Atelier a connu la participation de quatre vingt jeunes venus des quatre coins du pays. La rencontre s’est inscrite dans la cadre de la mise en place d’un Plan d’Action Stratégique du Réseau dont l’association Jeunesse Verte du Cameroun (AJVC) est le Point Focal au Cameroun, visant à renforcer les capacités des membres, à promouvoir l’image et à renforcer la notoriété de ce Réseau auprès de ses partenaires réels et potentiels.


Les grands enjeux sociaux et environnementaux étant multiples, AJVC a inscrit au cœur de ses activités celle de poursuivre et d’élargir son champ d’action permettant la transmission des valeurs environnementales et leur mise en œuvre dans des actions ciblées, coordonnées et efficaces, tout comme son homologue AVD. Elle a, dans ce sens, ciblé son action sur la question des changements climatiques et notamment, sur l’implication des jeunes dans une gestion durable des écosystèmes forestiers au vue  de son importance pour l’avenir de l’ensemble du continent africain. Le REJEFAC ne pouvant fonctionner sans avoir au niveau de chaque pays, les moyens humains et financiers de son fonctionnement et de son organisation, le souhait est de pouvoir former une vingtaine de jeunes leaders éclairés en vue de leur permettre de faire passer le message au niveau local.

Le REJEFAC Cameroun a travaillé à la préparation du grand événement de la rencontre mondiale de Copenhague avec une position commune de la jeunesse locale, trois de ses membres devant participer à cette rencontre historique. En effet, les changements climatiques, la conservation des ressources naturelles et les mécanismes REDD sont des enjeux non connus et non promus au sein de nos universités et milieux associatifs. L’atelier a porté sur ces questions, tout en mettant en place l'antenne nationale du réseau au Cameroun. Les jeunes acteurs ont ainsi eu l'opportunité de travailler sur une position commune, de se mettre en réseau au niveau national, mais surtout de réfléchir plus amplement sur les thèmes des changements climatiques des mécanismes REDD, la feuille de route et le Plan Stratégique du Réseau.


Jour 1 : Vendredi 07 novembre 2009

L’Atelier a effectivement démarré dans la matinée du 07 novembre 2009 avec l’allocution de Mme YAPPELE, représentante du Ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature (MINEP), qui a souhaité la bienvenue aux différents participants et a remercié la Coordinatrice ainsi que le Comité d’Organisation pour cette initiative. Elle a signifié l’engagement de son département ministériel à soutenir les activités des jeunes en général et du REJEFAC en particulier menées en faveur de la gestion durable des ressources naturelles.


Jour 2 : Samedi 08 novembre 2009

Cette journée a plus porté sur la tenue de plusieurs exposés pratiques et davantage liées aux échanges d’expériences. Ils ont commencé avec celui de M. Isaac Yves NYENGUE BAHANAK de l’association Synergie Jeunesse et Développement (SYJEDE) portant sur les effets des changements climatiques. Son exposé a permis de répondre à plusieurs questions de base notamment la définition des termes les plus récurrents dans ce domaine. L’idée étant d’apporter des éléments de réponses aux questions principales de la thématique du changement climatique à savoir qu’est ce que les gaz à effets de serre ; comment les changements climatiques affectent ils notre planète et surtout comment saurons-nous nous adapter ? L’intervention du Coordonnateur de l’association Actions Vitales pour le Développement durable (AVD) quant à elle, était basée sur la présentation des actions prévues à l’occasion de la 15e Conférence des Parties à laquelle l’association prendra part en décembre prochain. On retient ici que AVD soutient le principe de la responsabilité commune mais différenciée et caractérisée par une réduction des émissions de gaz à effet de serre sur une base volontaire pour les pays en développement et obligatoire pour les pays développés, dont le niveau de réduction doit être clairement fixé pour la période Post Kyoto.


Jour 3 : Dimanche 09 novembre 2009                                                                       

La troisième journée s’est majoritairement vue consacrée à la finalisation des travaux de groupes suivis de l’adoption des textes statuaires au fonctionnement du Réseau au Cameroun. Les participants ont été organisés en trois groupes aux thématiques différentes. Le premier groupe ayant travaillé sur l’amendement du Règlement intérieur du Réseau national, le second sur les domaines stratégiques d’action et le troisième sur la Déclaration de la Jeunesse Camerounaise à la Conférence de Copenhague.


Les nombreuses propositions et résolutions ont fait l’objet d’appréciations et au final, des décisions définitives ont été prises à l’unanimité par les participants.

Au sein du groupe 1, les plus importantes ont concerné les droits d’adhésion au sein du Réseau qui devraient revenir à 5.000F pour les personnes physique et morales tandis que les cotisations annuelles devraient revenir à 10.000F pour les personnes morales et 5.000F pour les personnes physiques. Il a été adopté que les membres du Bureau sous régional sont d’office membre du Bureau Exécutif national alors qu’un membre du Bureau National ne peut plus être Point Focal.

Du côté du groupe 2, les résolutions suivantes ont été prises : le jeune devra être conscient des questions environnementales car elles touchent tous les domaines de la vie et pour cela chaque jeune devra s’engager dans une action sociale ; il faut le  partage des expériences, des apports de jeunes, la mise en œuvre des actions concrètes ; l’accent doit être mis sur la lutte contre la déforestation, le déboisement et la participation des jeunes à la prise des décisions sur les questions environnementales, et enfin il faut promouvoir la gestion durable des écosystèmes dans le Bassin du Congo.

Le groupe 3, qui a travaillé sur la rédaction de la Déclaration de la Jeunesse Camerounaise pour Copenhague, a fait connaître les axes majeurs sur lesquels devaient porter cette Déclaration. Le Coordonnateur de AVD a fait partie de ce groupe, ainsi que Mme Marie TAMOIFO et M. Isaac BAHANAK, étant donné que tous les trois se rendront à cette Conférence le mois prochain.  

           

La soirée du troisième jour de l’Atelier s’est achevée par la remise des attestations de participation, la lecture de la Déclaration de la Jeunesse Camerounaise, la présentation des remerciements des participants et le mot de clôture de madame la Représentante du MINEP. Plus tard a eu lieu la projection du film ‘’HOME’’ réalisé par l’écologiste de renom Français Yann Arthus-Bertrand, film présentant l’action négative de l’homme sur l’environnement et les différentes conséquences qui en découlent, à l’exemple du réchauffement climatique. Des débats sur les principaux thèmes abordés par le film ont ensuite suivis, avec la participation remarquable de la majorité des participants qui ont assisté à la projection. 


IV- EVALUATION ET RECOMMANDATIONS

 Les appréciations de l’organisation de cet Atelier résident premièrement dans la mise en marche d’une telle initiative. En effet, les forêts représentent des atouts aussi bien pour la planète qui en a grand besoin pour stocker du carbone et atténuer ainsi les effets du réchauffement climatique, que pour les populations qui en tirent le plus grand profit à travers l’exploitation qu’elles en font. L’idée d’impliquer les jeunes dans la gestion durable de cet écosystème ne pouvait qu’être mieux appréciée.

D’un point de vue organisationnel, les participants ont apprécié les thématiques bien ciblées ; la qualité élevée des intervenants et des exposés ; la facilité des échanges souvent fructueux et la disponibilité des éclaircissements pertinents ; la bonne collaboration entre les participants er bien sûr l’atteinte des objectifs tels que fixés au départ, chose qui n’est pas facile si on n’est pas rigoureux dans l’organisation.

Pour ce qui est des recommandations visant à améliorer la tenue future d’un événement similaire, les participants ont suggéré que les horaires de démarrage et de clôture des séances de travail

soient plus rigoureux ; que les outils documentaires soient préparés longtemps à l’avance et distribuer afin de permettre une bonne poursuite des travaux ; que les travaux soient faits dans les deux langues officielles du Cameroun pour une meilleure représentativité nationale ; qu’une amélioration soit faite dans la couverture médiatique ; qu’un répertoire d’adresses de tous les participants soit élaboré et distribué et enfin que des séances de relaxation soient prévues dans le programme avec des débats, des échanges interactifs et des visites dans des lieux paisibles et en harmonie avec la nature comme les parcs, les zoos, les campagnes.

Publié dans AVD et ses partenaires

Commenter cet article