Le projet « Jeunes Energies Propres » est lancé !

Publié le par Actions Vitales pour le Developpement durable

Le projet « Jeunes Energies Propres » a été lancé le jeudi 26 avril 2012, au cours d’une cérémonie riches en couleurs qui a démarré dès 14 à l’Institut Français du Cameroun (IFC) à Yaoundé. Initié sur le thème des énergies renouvelables et à l’ occasion de « l’Année internationale de l’accès à l’énergie durable  pour tous », ce lancement s’est déroulé sous forme d’une journée spéciale qui a duré pendant un bon moment, avec un public venu nombreux y assister.

Anne Energie

Au programme : film, conférence-débat, intermèdes musicaux, et autres. Le film « Home » de Yann-Arthus Bertrand, sorti le 5 juin 2009 a été projeté à 14h et 19h, avec entrée libre. Le  réalisateur a ainsi emmené en voyage les spectateurs dans différentes contrées du monde, pour étudier concrètement comment  se pose la question de l’empreinte environnementale de l’homme.  Embarqués avec lui tantôt dans un hélicoptère, tantôt dans un avion,  nous verrons défiler des situations très contrastées, mais à chaque  fois éloquentes, sur les menaces d’une surconsommation des ressources naturelles. L’eau, les énergies, le climat, la perte de fertilité des sols… tout est passé en revue, avec un esprit de synthèse et une rigueur exceptionnelle. Ce film est une invitation à la prise de  conscience, mais aussi un appel confiant pour un avenir responsable,  car pour Yann-Arthus Bertrand, l’enjeu est d’abord la connaissance,  première étape d’une mobilisation en faveur de notre planète, mère  nourricière. Un véritable reportage à voir et à revoir !

La projection du film a été suivie, à 17h, d’une table-ronde sur les énergies durables et sur les mutations énergétiques. Avec comme panelistes des experts de la question comme le Dr. César Kapseu, M. Raphaël Onguéné ou encore M. Dania Ebongué de Planète Jeunes Cameroun, les débats n’ont pas seulement abordés les enjeux liés à la production de l’énergie, mais également ceux relatifs à l’évolution des modes de consommation. Afin de joindre l’utile à l’agréable, des intermèdes musicaux ont permis à chacun de découvrir  de jeunes talents, militants, qui ont créé des chansons engagées en  faveur du développement durable dénommées pour la circonstance « Jeunes voix pour le développement durable ».

DSCN3275.JPGAyant été ébloui par la beauté et les messages de ces chansons de jeunes Camerounais ayant participé au Rio+20 Concours Mondial de Musique pour les Jeunes, S.E l’Ambassadeur de France au Cameroun, Bruno Gain, lors de son discours, a apprécié la valeur de la musique à donner « la possibilité à des jeunes de monter sur la scène et d’interpréter des chansons engagées en faveur du développement durable […], musiques créées dans la perspective de la Conférence Rio+20. » Il s’est ensuite adressé au public et soulignant que ce projet novateur est d’abord destiné à promouvoir le savoir sur la thématique des énergies propres auprès du public scolaire. L’enjeu n’étant pas d’évoquer directement les politiques publiques ou les grands programmes d’investissement. C’est aussi une initiative qui vise plutôt à susciter, au niveau des jeunes, des questionnements individuels et des investigations personnelles. Il a interrogé son auditoire sur comment faciliter l’appropriation et l’adaptation des énergies alternatives en tenant compte des contraintes économiques et domestiques, quand on a la conviction que ces jeunes peuvent eux-mêmes appréhender cette problématique dans leur entourage familial et communautaire. Pour l’ambassadeur, « ce sont bien les jeunes qui, après tout, géreront notre environnement de demain.»

 

DSCN3164.JPGCe rendez-vous a aussi été l’occasion de présenter le concours d’affiches dénommé « Jeunes Energies Propres », lancé par l’Institut Français du Cameroun en partenariat avec les associations Actions Vitales pour le Développement durable et Mieux être, et dont la date limite de participation est fixée au 29 juin 2012. Dans son allocution, Bruno Gain a alors rappelé l’objectif du concours ouvert aux collégiens et lycéens de Douala et de Yaoundé « invités à participer à la création d’affiches illustratives sur les formes d’énergie et leur exploitation au niveau local. L’ensemble des affiches retenues, après une phase de sélection et de finition avec un expert-commissaire et un graphiste, sera valorisé au travers de la création d’une exposition. Celle-ci sera montrée au grand public à partir de la fin 2012. » Bruno  Gain n’a pas hésité une seule seconde à remercier les associations AVD et Mieux-Etre, l’université de Douala,  la Radio Environnement, le magazine Planète Jeunes et la Fondation GoodPlanet pour leur appui à la réalisation de ce projet en tant que partenaires de poids et acteurs efficaces de terrain.

Les discussions qui ont suivis ont permis aux uns et aux autres de comprendre les raisons qui ont motivées l’ambassade de France à mettre en œuvre à travers l’Institut Français du Cameroun le projet dont, il faut le rappeler, a également pour objectif de susciter des questionnements individuels sur les façons de faciliter l’appropriation et l’adaptation des  énergies alternatives. Les deux cents participants et plus ayant répondu présents ce jour-là, sont repartis suffisamment outillés sur l’importance de l’interface entre  le monde de la recherche et le grand public qui contribue donc à promouvoir largement la culture scientifique. Un succès qui devrait continuer dans le cadre de la participation massive des élèves des villes de Yaoundé et Douala au concours d’affiches. Les associations AVD et Mieux être y veuillent !

Lire l’intégral du discours de S.E. M. Bruno Gain, Ambassadeur de France au Cameroun à  l’occasion du lancement du projet : http://www.ambafrance-cm.org/Lancement-du-projet-Jeunes

Publié dans AVD et ses partenaires

Commenter cet article